L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Le suisse Astrocast, qui va lancer 64 nanosatellites pour l’Internet des objets spatial, lève 8,3 M€

Le suisse Astrocast, qui va lancer 64 nanosatellites pour l’Internet des objets spatial, lève 8,3 M€

Publié le 05 septembre 2019 à 09:37 par Pierrick Arlot        Conjoncture

Astrocast

Créé en 2014 avec l’ambition de placer une constellation de 64 nanosatellites de type CubeSat en orbite basse autour de la Terre pour répondre aux besoins de l’Internet des objets (IoT) (lire notre article ici), le suisse Astrocast vient de boucler un tour de table de 9 millions de francs suisses (8,3 millions d’euros) auprès d’anciens et de nouveaux investisseurs. La firme helvète, qui a levé à ce jour 16,6 millions de francs suisses, compte utiliser cette manne financière pour accélérer la production de modules IoT ad hoc, lancer la phase commerciale et commencer le déploiement de son réseau de satellites LEO (Low Earth Orbit).

Pour rappel, la vocation de la constellation Astrocast, dont les dix premiers satellites devraient être mis sur orbite fin 2019 ou début 2020, est d’offrir des communications bidirectionnelles haute performance, à faible latence et à faible coût dans la bande de fréquence L à des industries comme le secteur maritime, le secteur pétrolier et gazier, l’industrie minière et les chaînes d’approvisionnement et de logistique. Avec la volonté d’étendre la portée des applications IoT aux 90% du globe non actuellement couverts par les réseaux terrestres.

Le développement du réseau de nanosatellites pour l’IoT d’Astrocast est mené en partenariat avec l’Agence spatiale européenne, Airbus et Thuraya. Dans ce cadre, Airbus et la jeune pousse helvète ont conçu un circuit intégré spécifique (l'Asic AstroNode S, photo ci-contre) ainsi qu’un module bas coût et de petites dimensions, présenté comme le modem satellite le plus éco-efficace du moment pour les applications de l’Internet des objets (avec une consommation crête de 0,45 W pour des envois de messages de 160 octets maximum). Une caractéristique qui permet d’envisager au sol des objets aptes à communiquer en bidirectionnel et alimentés sur batteries.

Astrocast a déjà pu placer en orbite deux nanosatellites d’essai, l’un en décembre 2018, l’autre en avril 2019. La société estime avoir prouvé sa capacité à lancer, propulser et déterminer précisément la position des nanosatellites, puis communiquer avec eux en moins de deux heures après le lancement. Astrocast assure par ailleurs être la seule société du monde de l’Internet des objets à disposer d’un accès commercial à la bande L pour l’établissement de communications IoT bidirectionnelles fiables et éco-efficaces. A ce titre, ses trois premiers clients pilotes, Actia, Marine Instruments et Swiss Fresh Water ont déjà commencé des tests au sol.

« Au fur et à mesure que nous nous rapprochons de notre lancement commercial au premier trimestre 2020, nous accentuons davantage notre position d’opérateur de nanosatellites totalement intégré, a indiqué Fabien Jordan, le PDG d’Astrocast. Nos prochaines phases d’investissement consisteront à sécuriser un déploiement accéléré de notre flotte mondiale de satellites. » L'objectif est de complèter la constellation de 64 satellites à l'horizon 2023.

Vous pouvez aussi suivre nos actualités sur la vitrine LinkedIN de L'Embarqué consacrée aux réseaux LPWAN : Embedded-LPWAN https://www.linkedin.com/showcase/embedded-lpwan/

Sur le même sujet