L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Le spécialiste de la récupération d’énergie ambiante pour objets connectés e-peas lève 3,5M€

Le spécialiste de la récupération d’énergie ambiante pour objets connectés e-peas lève 3,5M€

Publié le 04 octobre 2017 à 09:28 par François Gauthier        Conjoncture

e-peas

La jeune société e-peas (acronyme de Portable Energy Autonomous sensing Systems), basée à Liège en Belgique et créée en 2014, vient de lever 3,5 millions d'euros auprès d'un groupe d'investisseurs mené par Partech Ventures et incluant Airbus Ventures, JCDecaux Holding, Semtech, SRIW et Vives 2,  tous spécialistes de l'investissement dans les nouvelles technologies. La technologie d’e-peas, fruit de travaux de R&D menés au sein de l’université catholique de Louvain, est destinée à optimiser l'efficacité de la récupération d'énergie ambiante (issue de cellules photovoltaïques, de sources de chaleur, de vibration, d'ondes RF...) dans des systèmes électroniques embarqués.

L'approche d'e-peas repose sur un mécanisme d'amplification à très basse consommation qui est capable de couvrir une plage de tensions d'entrée de 100 mV à 2,5 V et qui permet à un système connecté (un capteur par exemple) d'accumuler un excédent de charge qui peut être stocké ensuite dans des batteries Li-Ion, des supercondensateurs, etc.

e-peas a concrétisé son savoir-faire sous la forme d’un circuit (référencé AEM30940), un micrcontrôleur doté d'un coeur ARM 32 bits et incluant un convertisseur élévateur de tension (boost) à ultrafaible consommation (avec un niveau d'efficacité de 94 %), ainsi que des références de tension, des éléments de gestion d'énergie et des régulateurs LDO. Ce circuit innovant de démarrage à froid d’un dispositif peut être activé même si l'énergie présente est minimale, une tension d'entrée de seulement 380 mV pour une puissance de 11 μW étant suffisante, selon e-peas. 

Ce marché de la récupération d’énergie ambiante est promis sans doute à un bel avenir car la grande majorité des nœuds IoT seront placés dans des lieux isolés et soumis à de fortes contraintes d'alimentation. 

« Grâce à cette collecte de fonds, nous avons obtenu plus qu'un simple soutien financier, déclare Geoffroy Gosset, cofondateur et PDG d'e-peas (2e à partir de la gauche sur la photo ci-dessus). Nous avons noué des relations avec des partenaires expérimentés qui vont permettre à e-peas d'accéder à des marchés importants, que ce soit directement ou à travers leur réseau, et de disposer d'une source de conseils pour renforcer notre présence opérationnelle sur le marché des semi-conducteurs. »

La société va renforcer ses capacités de développement à l’international et renforcer son équipe d'ingénierie afin de cibler divers marchés comme la surveillance industrielle, la domotique, l'agriculture intelligente, le suivi des ressources, la santé, les relevés intelligents et les technologies portables.

« Pour concrétiser les promesses du Big Data, des capteurs ont été installés partout, et jusqu'à présent, les coûts de maintenance des batteries et de câblage ont inhibé le déploiement massif et la dissémination des capteurs dans l'environnement industriel, ajoute Matthieu Repellin, partenaire chargé des investissements d'Airbus Ventures. Dans ce cadre, nous pensons qu'e-peas est dans une position idéale pour accompagner le déploiement à grande échelle de capteurs dans un environnement industriel, car sa technologie basse consommation et haute efficacité permet de créer des capteurs sans fil et sans batterie. »

Sur le même sujet