L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Le pôle Minalogic labellise 3 projets de R&D dans l’embarqué sélectionnés par le gouvernement

Le pôle Minalogic labellise 3 projets de R&D dans l’embarqué sélectionnés par le gouvernement

Publié le 03 mai 2016 à 12:34 par François Gauthier        Conjoncture

Le pôle Minalogic labellise 3 projets de R&D dans l’embarqué sélectionnés par le gouvernement

Le pôle de compétitivité rhônalpin Minalogic annonce que 5 projets qu’il a labellisés viennent d’être sélectionnés dans le cadre du 21e appel à projets du FUI-Régions. Le budget R&D cumulé de ces 5 projets, qui recevront des subventions de la part de l’État et des collectivités locales à hauteur de 8,4 millions d’euros, s’élève au global à 17,9 millions d’euros. Depuis la création du pôle en 2005, ce sont 28 projets FUI (Fonds unique interministériel) qui ont été labellisés et financés pour un budget de R&D cumulé de 770 millions d’euros et 304 millions d’euros de subventions de l'État et des collectivités locales. Parmi les cinq nouveaux projets, trois touchent de près le domaine de l’embarqué.

- AMPEERS-2. Porté par Gemalto et colabellisé par le pôle SCS, ce projet financé à hauteur de 3,8 millions d’euros, a pour objet l’autonomie énergétique des objets nomades intelligents, un élément clé qui pour l'heure limite l’évolution des produits et l’intégration de nouvelles applications. À travers le projet AMPEERS, les partenaires qui accompagnent Gemalto, à savoir les sociétés Feeligreen (dont L'Embarqué a publié un portrait détaillé) et NAWATechnologies, ainsi que le laboratoire CEA-Liten, l’Esycom et l’Ecole des Mines de Saint-Etienne, vont travailler pour les systèmes nomades flexibles et fins sur les modalités de mise en œuvre de grande capacité de stockage d’énergie, sur la rapidité de charge et décharge des batteries, et sur leur durée de vie (avec comme objectif de l’améliorer d’un facteur 10). Les marchés ciblés sont les objets nomades “actifs” du type cartes bancaires à écran (sécurisation du paiement) et les patchs médicaux permettant la diffusion transdermique pilotée et sécurisée d’actifs thérapeutiques.

- ELIPPSE. L’objectif de ce projet est de développer une technologie innovante permettant d’allier les avantages de l’électronique imprimée et de la plastronique traditionnelle sur des pièces plastiques 3D à formes géométriques complexes. Dédiée dans un premier temps au domaine de la gestion de l’énergie, la technologie développée cible à terme les marchés de l’automobile, du médical, de la robotique, etc. Ce projet, colabellisé avec le pôle Plastipolis et doté d’un budget de 2,6 millions d’euros, sera porté par Schneider Electric avec les sociétés Arc en Ciel Sérigraphie, VFP Ink Technologies et Plastiform ainsi qu'avec le Centre technique de la plasturgie et des composites, l’Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne et l’Insa LaMCoS (Laboratoire de mécanique des contacts et des structures).

- WISE. "Voir" des odeurs, les identifier, les classer, les comparer, tels sont les objectifs du projet WISE colabellisé avec le pôle Vitagora, doté d’un budget conséquent de 4,1 millions d’euros et porté par la jeune société Aryballe Technologies (dont L'Embarqué a publié un portrait détaillé). Un lecteur optique portatif développé par cette dernière permet déjà de générer des images à partir de gaz contenant des molécules olfactives. Les applications sont nombreuses et l’objectif de ce projet est d’en valider un certain nombre, couvrant les domaines du bien-être et de la santé. Autour d’Aryballe Technologies, le CEA-Inac (Institut nanosciences et cryogénie), le Gipsa-lab (Grenoble Images Parole Signal Automatique), le GIP Mind, le laboratoire Armines (centre LGEI Mines-Alès), Prestodiag, Cemag Consulting et la société SEB participeront aux travaux.

Sur le même sujet