L'embarqué > Logiciel > Plate-forme > Le noyau de l'OS temps réel VxWorks 7 peut désormais ne peser que... 20 Ko

Le noyau de l'OS temps réel VxWorks 7 peut désormais ne peser que... 20 Ko

Publié le 26 février 2015 à 00:23 par Pierrick Arlot        Plate-forme Wind River

Logo VxWorks

Tout juste un an après l’annonce de VxWorks 7, la dernière version en date du système d’exploitation temps réel de Wind River, l’éditeur américain a saisi l’occasion du salon Embedded World 2015 pour assurer que le profil Micronoyau de cet OS était désormais disponible. Un profil censé ouvrir à Wind River des marchés de l’Internet des objets (IoT) comme les contrôleurs centralisés de capteurs (sensor hubs), les microcontrôleurs ou les dispositifs portés sur soi.  

Avec une architecture complètement revue, VxWorks 7, rappelons-le, est présenté par son concepteur comme une plate-forme modulaire qui peut être mise à l’échelle pour satisfaire les besoins d’un large éventail d’équipements connectés à l’Internet des objets, des petits dispositifs portés sur soi jusqu’aux gros équipements réseau pour infrastructures télécoms. L’OS de Wind River se compose en pratique d’un ensemble de modules logiciels (système de gestion de fichiers, piles réseau, etc.), assemblés autour d’un noyau qui réunit les fonctions cœur du système d’exploitation et qui peut donc désormais être remplacé par un micronoyau dont l’empreinte mémoire peut descendre jusqu’à 20 Ko.

Sur des architectures de circuits multicœurs, éventuellement hétérogènes, il devrait être ainsi possible de porter un VxWorks « standard » sur l’un des cœurs pour les tâches nécessitant performances, et le micronoyau VxWorks sur un autre (pour celles moins gourmandes en ressources), l’idée étant évidemment d’abaisser la consommation. A mots couverts, Gareth Noyes, senior vice-président et chief strategy officer de Wind River, a néanmoins révélé qu’à terme un autre micronoyau, sans rapport avec VxWorks cette fois-ci et dénommé pour l’heure Viper, viendrait compléter l’offre de l’éditeur (voir illustration ci-dessous)… Impossible d’en savoir plus pour le moment.

Parallèlement, l’éditeur a annoncé l’intégration de l’agent Edge Management System au sein de VxWorks, de Wind River Linux et de l’environnement logiciel pour passerelles M2M et IoT Wind River Intelligent Device Platform. Au sein du modèle de référence de bout-en-bout IoT Platform d’Intel, la plate-forme en nuage Wind River Edge Management System est capable à la fois d’assurer la configuration, le diagnostic et la maintenance opérationnelle à distance des passerelles de l’Internet des objets, de collecter les données capturées par les objets et d’en effectuer une analyse préalable et « intelligente ». Cette solution doit être intégrée sous la forme d’un agent dans les environnements logiciels pour équipements M2M et passerelles IoT.

Ajoutons que Wind River a récemment mis en place une offre de services professionnels plus particulièrement dédiée aux sociétés qui souhaitent être assistées dans le développement de systèmes IoT critiques, là où la sécurité et la sûreté de fonctionnement sont impératives.

 

Sur le même sujet