L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Le grenoblois TiHive reçoit 8,6 M€ de l’Europe pour industrialiser sa technologie d’imagerie térahertz

Le grenoblois TiHive reçoit 8,6 M€ de l’Europe pour industrialiser sa technologie d’imagerie térahertz

Publié le 04 septembre 2020 à 08:55 par Pierrick Arlot        Conjoncture

TiHive

Créée en 2017, la jeune société TiHive, qui a développé un système d’imagerie térahertz pour applications industrielles, vient de se voir attribuer un financement de 8,6 millions d'euros dans le cadre du projet EIC Accelerator, piloté par le Conseil européen de l'innovation dans le cadre du programme-cadre Horizon 2020. La start-up, qui a remporté le trophée Cap’tronic de la Jeune entreprise en septembre 2019, a mis au point un système de contrôle qualité temps réel non destructif pour lignes de production qui repose sur l’utilisation d’un rayonnement en fréquence térahertz et qui implémente des algorithmes d’intelligence artificielle.

Le système s’articule autour de deux modules : l’un (émetteur) est chargé de la génération du rayonnement térahertz, peu présent dans la nature, l’autre (caméra) est un imageur qui capture le rayonnement, le convertit dans un format numérisé et le met à disposition d’un ordinateur pour visualisation et analyse postérieure. Les deux modules fonctionnent de concert, placés l’un en face de l’autre.

L’un des avantages du rayonnement térahertz est sa non-nocivité. Il ne nécessite pas d’infrastructure de confinement comme on peut le voir pour des systèmes à rayons X qu’il vient concurrencer dans les applications d’inspection. La fréquence de capture du système permet en outre d’envisager une inspection précise grâce à la quantité d’information récoltée. Par ailleurs, la compacité du système développé par TiHive lui permet de s’installer sur les chaînes de production déjà existantes pour une détection de défauts en ligne, lorsque ceux-ci peuvent être corrigés de manière plus économique que lorsque la fabrication est terminée.

Si la technologie de la start-up a le potentiel d’intéresser divers secteurs d’activité, TiHive s’est pour l’heure concentré sur le marché de l'hygiène et des soins personnels (comme les couches-culottes ou les serviettes hygiéniques). Là où existe pour les fabricants une opportunité de 10 milliards d'euros d'économies, tant en termes d’utilisation de matière première que d'amélioration de la qualité. La start-up affirme d’ailleurs travailler avec un grand du secteur sur le cas d’usage spécifique qu’est la surveillance de l'application de matériaux polymères superabsorbants dans les couches.

Au-delà du secteur de l’hygiène et des soins personnels, la société grenobloise cible aussi les marchés du luxe, du médical et des télécommunications (pour la transmission 6G de données à ultrahaut débit notamment).

Le financement européen dont a bénéficié TiHive se répartit en 6,3 M€ de fonds propres et 2,3 M€ de subventions. « Grâce à ce soutien, nous allons pouvoir accélérer sur l'industrialisation et la pré-commercialisation de nos solutions d'inspection térahertz qui apportent des avantages tangibles aux utilisateurs, indique Carlos Prada, directeur financier et cofondateur de TiHive (avec Hani Sherry et Clément Jany, respectivement P-DG et directeur technique de la société). Ce coup de pouce devrait également nous aider à attirer des investisseurs privés pour nos prochains cycles de financement, à mesure que nous intensifierons nos activités de vente. » Concrètement, TiHive prévoit de finaliser la construction de ses installations de test et d’un laboratoire de niveau industriel (qui a commencé il y a quelques mois) d'ici à 2021 et d'embaucher dix personnes supplémentaires, pour porter ses effectifs à 25 personnes.

Sur le même sujet