L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Le français IoTerop rejoint le comité directeur de l’organisme de standardisation OMA SpecWorks

Le français IoTerop rejoint le comité directeur de l’organisme de standardisation OMA SpecWorks

Publié le 26 mars 2020 à 12:21 par Pierrick Arlot        Conjoncture

OMA SpecWorks

David Navarro, Chief Product Officer et cofondateur de la jeune société française IoTerop, dont L’Embarqué a tracé un portrait détaillé en juin 2019, a été officiellement nommé le 23 mars au conseil d'administration de l'organisme OMA SpecWorks. La start-up montpelliéraine y siégera jusqu’en 2022 auprès de poids lourds comme Arm, AT&T, Ericsson, Itron, Qualcomm et T-Mobile.

Créé fin 2016 par trois anciens collaborateurs d’Intel (Hatem Oueslati, Jacques Bourhis et David Navarro), IoTerop développe des technologies innovantes dans le domaine de l’Internet des objets (IoT) qui permettent aux industriels de construire une génération de solutions et d’objets connectés sécurisés, interopérables et gérables à distance. La jeune entreprise est considérée comme l’un des rares spécialistes de la technologie LightWeight M2M (LwM2M), approuvée en 2017 par l’organisme de standardisation OMA SpecWorks (justement) pour le marché des communications de machine à machine (M2M) et de l'IoT industriel.

« Le protocole LwM2M et les objets LwM2M sont les spécifications qui génèrent le plus d’activité au sein de notre organisme, et IoTerop et David Navarro ont été des contributeurs réguliers à l’édification du standard LwM2M, indique Seth Newberry, le directeur général de l’OMA SpecWorks. L’organisme OMA SpecWorks s'appuie sur les retours du monde réel et les contributions techniques d'entreprises comme IoTerop qui commencent à déployer des réseaux IoT à grande échelle. »

La pile logicielle IOWA proposée par la start-up française permet notamment d'effectuer les mises à jour “over-the-air”, de récupérer des données en environnements contraints, et d’assurer l’interopérabilité et la sécurisation des communications grâce à des fonctionnalités de cryptographie et d’authentification. Elle rend  n’importe quel objet connecté conforme aux standards LwM2M, Ipso (Internet Protocol for Smart Objects) et CoAP.

A noter que le prochain événement d’interopérabilité LwM2M qu’organise tous les six mois l’organisme OMA SpecWorks, pour permettre aux fournisseurs de vérifier et de tester l'interopérabilité de leurs implémentations dans un environnement multifournisseur, devait se tenir du 20 au 24 avril à Montpellier dans les locaux d’IoTerop. Celui-ci a depuis été converti en événement virtuel.

Rappelons que l’organisme OMA SpecWorks est issu en 2018 de la fusion de l’OMA (Open Mobile Alliance) et de l’alliance Ipso (IP for Smart Objects). Créée en 2008 pour promouvoir l’usage du protocole IP dans les réseaux de capteurs/actionneurs et, plus globalement, dans les réseaux d’objets intelligents, l’alliance Ipso avait alors transféré toutes ses activités (actifs, travaux et membres) à l’Open Mobile Alliance, fondée elle en 2002 pour, initialement, développer des standards ouverts pour la téléphonie mobile (lire notre article ici).

Sur le même sujet