L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Le français I-TEN inaugure à Lyon son premier site de production pour microbatteries CMS

Le français I-TEN inaugure à Lyon son premier site de production pour microbatteries CMS

Publié le 06 décembre 2018 à 12:17 par Pierrick Arlot        Conjoncture

I-TEN

La société lyonnaise I-TEN, dont L’Embarqué a tracé un portrait détaillé de start-up en octobre 2014 et qui a développé un procédé de rupture permettant de fabriquer des microbatteries Li-Ion solides et rechargeables capables de stocker dans le même espace dix fois plus d’énergie que les technologies concurrentes, a inauguré ce matin son premier site de production à Lyon. Cette ouverture, explique la jeune pousse, illustre le succès du plan de développement associé à la levée de fonds de 10 millions d’euros annoncée en mai 2017 et confirme l’ambition d’I-TEN de devenir un acteur de premier plan sur le marché des microbatteries.

Le site lyonnais concrétise plus de six années de recherche et de développement et marque le franchissement d’une étape clé dans le développement de l’entreprise qui passe maintenant à la phase de production industrielle.

Les batteries d‘I-TEN se présentent sous la forme de composants CMS et sont compatibles avec les procédés de fabrication automatisés de l’industrie électronique. Ces microbatteries, ajoute la société, permettront de franchir un nouveau cap en termes d’intégration et de performance dans de très nombreuses applications comme les capteurs autonomes, les cartes à puce, les fonctions de sécurisation des circuits électroniques, l’horlogerie et la bioélectronique.

Avec une première capacité de production de plus de 10 millions de composants par an et la possibilité de la multiplier par cinq d’ici quelques mois, I-TEN démarre donc officiellement son développement commercial sur un marché mondial des microbatteries qui représente un potentiel de plus de trois milliards de composants par an. La montée en puissance progressive de la production courant 2019 permettra à I-TEN de doubler ses effectifs d’ici à mi-2020.

A moyen terme, la maîtrise par la firme lyonnaise de la technologie Li-Ion solide et d’un procédé de fabrication innovante lui permet d’envisager le développement de sa gamme au-delà des microbatteries afin de s’adapter aux besoins futurs de l’industrie électronique et de la bioélectronique.

Sur le même sujet