L'embarqué > Logiciel > Développement > LDRA étend la vérification du code objet sur Arm pour applications aérospatiales et automobiles critiques

LDRA étend la vérification du code objet sur Arm pour applications aérospatiales et automobiles critiques

Publié le 12 octobre 2020 à 11:24 par François Gauthier        Développement LDRA

LDRA converture de code Arm

La suite d'outils de la société britannique LDRA, qui procure une vérification de code objet unique pour la couverture tant au niveau de l'assemblage qu'au niveau du code conformément à la norme DO-178C niveau A, a décidé d’étendre cette technologie pour les puces Arm utilisées dans les applications aérospatiales, de Défense et automobiles critiques pour la sécurité. Une décision prise, selon LDRA, en raison de la présence de plus en plus fréquente de puces Arm dans les applications automobiles conformes à la norme ISO 26262, y compris jusqu’au niveau Asil-D, ainsi que dans les systèmes d'assistance évoluée à la conduite ADAS.

LDRA souligne que les processeurs Intel et PowerPC sont depuis longtemps les architectures de choix pour les calculateurs embarqués dans les avions, au sein d'environnements sévères et soumis à des contraintes de type SWaP (taille, poids et consommation). Mais comme les architectures Arm ont prouvé leur fiabilité, associée à une faible consommation, les ingénieurs en avionique les utilisent désormais de plus en plus. D’où l’importance d’avoir à disposition des outils de vérification du code adaptés à ces puces. LDRA permet ainsi la conformité au niveau A de la DO-178C (les exigences de sécurité les plus élevées) sur des processeurs à coeur Arm pour l'aérospatial.

"La vérification du code objet est depuis longtemps disponible pour d'autres processeurs spécialisés, mais l'étendre aux processeurs Arm polyvalents permet aux concepteurs de systèmes critiques pour la sécurité de tirer parti du riche écosystème Arm dans leurs conceptions", précise Ian Hennell, directeur des opérations chez LDRA.

Dans ce cadre, la décision de LDRA de rejoindre le programme de partenariat Functional Safety d’Arm lui a permis de travailler avec la communauté des développeurs sur les capacités de sécurité fonctionnelle sur ce type d’architectures, en particulier sur les cœurs Cortex-A76AE (Automotive-Enhanced) lancés il y a deux ans, intrinsèquement adaptés à répondre aux contraintes de sûreté de fonctionnement rencontrées sur le marché automobile, mais qui peuvent s’étendre au marché de l’avionique (les contraintes en termes de certification à gérer en sus). Une politique que la firme britannique Arm (en cours de rachat par Nvidia) vient récemment de réaffirmer en en élargissant son offre orientée sûreté de fonctionnement afin de cibler les systèmes mis en œuvre dans les applications industrielles et automobiles.

Sur le même sujet