L'embarqué > Matériel & systèmes > Objet de la semaine > L’assistance à la ventilation artificielle pour la réanimation cardiaque s’appuie sur de l’IA embarquée

L’assistance à la ventilation artificielle pour la réanimation cardiaque s’appuie sur de l’IA embarquée

Publié le 04 octobre 2019 à 12:20 par François Gauthier        Objet de la semaine

Arcehon EOlife

La start-up Archeon, basée à Besançon (Franche-Comté), a développé avec la solution EOlife ce qu’elle estime être le premier dispositif d’assistance à la ventilation utilisé lors de la phase critique de réanimation cardiaque qui mette en œuvre des algorithmes d’intelligence artificielle (IA). La jeune pousse a été fondée en 2018 par Alban De Luca, ingénieur en technologies du biomédical, et Pierre-Edouard Saillard, ingénieur en systèmes électroniques embarqués.

La technologie d'Archeon permet notamment d’indiquer le juste volume d’air à administrer et la fréquence de ventilation optimale, et donc de réaliser une ventilation conforme aux recommandations internationales et par là même de sauver davantage de vies. Car, explique Archeon, l’un des principaux défis auxquels les équipes de secours sont confrontées dans les situations d’arrêt cardiaque est de réussir à délivrer suffisamment d’oxygène aux patients, tout en évitant un effet d’hyperventilation. Cette hyperventilation engendre en effet de lourdes conséquences sur l’organisme : réduction de l’efficacité du massage cardiaque, lésions et infections pulmonaires, barotraumatismes, pneumonie, séquelles neurologiques.

Telle qu’observée dans des études expérimentales conduites aux Etats-Unis depuis 2004, l’hyperventilation impacte les chances de survie dans près de 70% des cas. Dans ces situations, grâce aux algorithmes d’intelligence artificielle embarqués au sein de l’équipement EOlife, les secouristes maîtrisent les bons gestes de ventilation à effectuer lors de la réanimation cardio-pulmonaire. Pour ce faire, l’appareil interprète les variables de la ventilation prodiguée aux patients, et donne aux secouristes un retour sonore et visuel sur la qualité de cette ventilation.

Le système délivre en fait une interprétation des variables quantitatives mesurées en fonction de la situation de la victime et du type de réanimation effectuée (invasive ou non). Sachant que la quantité d’air nécessitée ne doit pas être la même selon le profil de l’individu, son poids et son état. Concrètement, EOlife fournit aux secouristes en temps réel l’indication de la juste quantité d’air à délivrer.

La technologie qui a été testée en conditions expérimentales par les sapeurs-pompiers de Paris et la Croix-Rouge française, permet de réaliser une ventilation conforme aux recommandations internationales de réanimation cardiaque. Avec à la clé une augmentation notoire des performances de la ventilation, passant de 15% à 90% de ventilation adéquate en conditions expérimentales.

Pour Archeon, la fin d’année sera consacrée à la réalisation de tests de sécurité en laboratoire afin d’obtenir l’autorisation de mise sur le marché et de commercialisation d’EOlife, prévue en juin 2020.

Sur le même sujet