L'embarqué > Matériel & systèmes > Objet de la semaine > La Selfplug assure la recharge sans intervention humaine des navettes autonomes électriques

La Selfplug assure la recharge sans intervention humaine des navettes autonomes électriques

Publié le 04 septembre 2020 à 12:12 par Pierrick Arlot        Objet de la semaine

Selfplug

La jeune société grenobloise Gulplug, qui développe et commercialise des solutions techniques de connexion aux réseaux électriques et Internet pour notamment répondre aux enjeux de la transition énergétique et de la mobilité verte, annonce que le projet Auscara, dont elle est chef de file, a été retenu par la région Auvergne-Rhône-Alpes pour un financement public sous la forme d'une subvention de la région (97 000 euros) et d'un prêt à taux zéro (340 000 euros) de Bpifrance.

Lors du 32e Symposium international du véhicule électrique en mai 2019, Gulplug et ses partenaires (Navya et le laboratoire Ampère) avaient présenté, sur une navette autonome Navya, la preuve de concept du projet Auscara reposant sur la Selfplug. Séduit par cette première version, Navya a souhaité poursuivre le développement de ce système sécurisé qui permet, lors de la recharge, le branchement automatique sans intervention humaine.

On rappellera que Gulplug dont L’Embarqué a tracé un portrait détaillé en janvier 2016 a développé sous le nom de Selfplug un système de branchement intelligent et sécurisé de recharge de véhicules électriques qui repose sur un procédé magnétique et conductif (non inductif) breveté. L’ensemble comprend deux éléments : un dôme, à brancher sur n'importe quelle alimentation en courant électrique, et une prise magnétique installée sous le véhicule. Lorsque le véhicule se positionne (à 50 cm près) au-dessus du dôme, les deux éléments s'apparient, le branchement se fait et la recharge peut démarrer. 

Pour Gulplug, le développement d'une offre de transport intégrant les véhicules en autonomie complète de niveau 4, c'est-à-dire sans opérateur de sécurité à bord, est donc en passe de se concrétiser. Dans ce cadre, la société grenobloise compte accompagner ce développement avec ses partenaires afin d'autonomiser l'offre de bout en bout et ce jusqu'à la recharge qui, à ce jour, nécessite toujours une intervention humaine pour son branchement électrique. 

« La Selfplug, dont le cahier des charges pour les véhicules électriques est déjà établi, doit maintenant passer en phase de spécifications pour les navettes autonomes pour une puissance jusqu'à 22 kW, indique Xavier Pain, le président de Gulplug. L'objectif est de fournir à Navya la solution pour autonomiser sa navette de bout en bout, jusqu'à la charge, ce qui constitue une première mondiale. »

Grâce aux financements obtenus, Gulplug va travailler sur la sûreté du système en cas de branchements manuel et automatique simultanés ou en cas de pannes de courant, ainsi que sur la sécurité totale d'un branchement sans aucune intervention humaine. De son côté, le laboratoire Ampère de l’Insa de Lyon s'attellera à l'intégration optimale côté navette, avec l'enjeu de la commutation de puissance entre deux arrivées électriques (la prise standard EV et la Selfplug) et de la communication Vehicle-to-Grid (V2G). L'idée est de permettre au réseau électrique de puiser dans la batterie l'électricité nécessaire pour répondre aux fortes demandes (pointe de consommation en début de soirée par exemple) ou pour pallier un manque ponctuel de production en cas de météo défavorable à l'exploitation des énergies renouvelables notamment.  

Sur le même sujet