L'embarqué > Logiciel > Middleware > La fondation Linux se préoccupe de la “confiance des données” avec le projet open source Alvarium

La fondation Linux se préoccupe de la “confiance des données” avec le projet open source Alvarium

Publié le 30 octobre 2019 à 12:14 par François Gauthier        Middleware

Alvarium

En créant le projet Alvarium, la Linux Foundation s’attaque au sujet de la confiance intrinsèque que l’on peut accorder aux données véhiculées via diverses voies de transmission (des voitures aux infrastructures réseau mobiles, des usines vers le cloud, etc.), en particulier dans des applications de l’Internet des objets. Dans ce cadre, Alvarium s’est donné comme feuille de route de travailler sur le concept de DCF (Data Confidence Fabric) qui facilite la délivrance d’un niveau de confiance mesurable dans des données et applications couvrant des systèmes hétérogènes. Le projet sera lancé à partir d'un code initial fourni par Dell Technologies, avec le soutien d’Arm, IBM, la fondation IOTA, MobiledgeX, OSIsoft, Unisys, notamment.

Les travaux de Dell sont également à l’origine du projet EdgeX Foundry, lancé en avril 2017 et lié à l’edge computing (traitement de données en bordure de réseau). Sous l’enseigne LF Edge, EdgeX a d’ores et déjà été adopté au niveau mondial avec un total d’un million de téléchargements de logiciels de microservices sur le site de la fondation, dont la moitié au cours des deux derniers mois. On rappellera que le framework EdgeX a vocation à s’exécuter sur n’importe quel système d’exploitation ou architecture matérielle et à unifier des composants logiciels, quel que soit le langage de programmation utilisé pour les coder. L’idée étant d’assurer la plus grande interopérabilité possible entre équipements connectés, applications et services. Cette structure EdgeX est en fait un des composants par défaut du framework DCF pour l'ingestion de données.

 

 

Ce “cadre de confiance” ou “tissu de confiance” va donc s’appuyer sur plusieurs technologies qui insèrent de la confiance dans un chemin de données, facilitant ainsi, selon la Linux Foundation, la circulation de modèles d’intelligence artificielle fiables et la fourniture de données récupérées au plus près du terrain à des applications de plus haut niveau, et ce avec une confiance mesurable. Une approche essentielle pour la mise à l'échelle d'initiatives de transformation numérique qui, aujourd'hui, se heurtent à des difficultés liées à la la sécurité, à la confidentialité et à la propriété des données.

Le projet Alvarium encouragera une communauté de développeurs à travailler sur le framework de base en open source et sur les API associées reliant diverses technologies pour in fine constituer ce fameux “tissu de confiance”. Avec, concrètement, la mise au point d’algorithmes qui vont générer des scores de confiance lorsque les données transitent à travers des architectures données (voir schéma ci-dessous).

« Nous sommes impatients d’aider à créer une communauté collaborative centrée sur la création et l’unification des technologies d’insertion de confiance, commente Arpit Joshipura, directeur général Networking, Edge et IoT au sein de la Linux Foundation. A mesure que l'edge computing devient de plus en plus omniprésent sur le terrain, il est impératif de mettre en place un cadre complet open source offrant une confiance quantifiable entre secteurs verticaux et entre piles logicielles utilisées. »

Sur le même sujet