L'embarqué > Instrumentation > Instrum. générale > Keysight annonce une bande passante analogique au-delà des 100 GHz pour ses prochains oscilloscopes

Keysight annonce une bande passante analogique au-delà des 100 GHz pour ses prochains oscilloscopes

Publié le 09 mars 2016 à 23:39 par François Gauthier        Instrum. générale Keysight

Keysight annonce une bande passante analogique au-delà des 100 GHz pour ses prochains oscilloscopes

En tirant parti de la technologie des semi-conducteurs gravés en technologie phosphure d’indium (InP) qui équipent ses oscilloscopes haut de gamme depuis six ans (notamment les Infiniium de la série Z avec des bandes passantes jusqu’à 63 GHz), le numéro un mondial de l’instrumentation Keysight annonce que ses oscilloscopes temps réel de prochaine génération qui verront le jour en 2017 disposeront d’une bande passante analogique record, supérieure à 100 GHz. Avec, selon la société, des planchers de bruit dont les valeurs seront bien meilleures que celles constatées à l’heure actuelle sur le marché.

Jusqu’à aujourd’hui, c’est Teledyne LeCroy - avec son oscilloscope numérique de haut de gamme LabMaster 10-100Zi - qui détient le record en termes de largeur de bande passante, l'appareil affichant une bande passante analogique de 100 GHz associée à une vitesse d’échantillonnage des signaux de 240 Géch./s, et s‘appuyant lui aussi sur des circuits en technologie InP.

En annonçant ce que la firme américaine appelle une percée technologique sur des circuits d’acquisition, Keysight espère dépasser cette barre. Selon la société, ses oscilloscopes intégreront aussi d'autres innovations, comme un convertisseur analogique/numérique sur 10 bits qui permettra d’obtenir une résolution verticale plus élevée pour les signaux capturés dans une bande passante ultralarge, et plusieurs voies d’entrée de bande passante maximale par oscilloscope pour une synchronisation précise des voies.

Les ingénieurs de conception, qui travaillent sur des interfaces haute vitesse nouvelle génération (comme celles obéissant au prochain standard IEEE P802.3bs 400G) ainsi que sur des procédés de modulation optique cohérente de l’ordre du térabit/s, pourront tirer profit, selon Keysight, de ces appareils. Un point crucial car ces technologies vont jouer un rôle clé dans la validation des conceptions de systèmes 5G.

« Les débits n’ayant de cesse de s’étendre au-delà de la signalisation multiniveau 56 Gbit/s NRZ et 56 Gbauds, les ingénieurs de conception auront besoin non seulement d’une bande passante plus large, mais également d’une résolution verticale plus élevée et de planchers de bruit plus faibles pour relever leurs défis de validation », souligne dans son communiqué Keysight. 

 

Sur le même sujet