L'embarqué > Normes & spécifications > Architecture > Internet des objets industriel : dix-huit sociétés et organismes créent l’Edge Computing Consortium Europe

Internet des objets industriel : dix-huit sociétés et organismes créent l’Edge Computing Consortium Europe

Publié le 07 janvier 2019 à 10:45 par Pierrick Arlot        Architecture

ECCE

Dix-huit sociétés et organismes se sont engagés à soutenir la création cette année de l’Edge Computing Consortium Europe (ECCE), une association dont l’objectif est de mutualiser des efforts de recherche et développement et de fournir des briques technologiques pour nœuds de calcul en périphérie de réseau (Edge Nodes) dans le domaine de la fabrication intelligente et d’autres secteurs de l’Internet des objets industriel (IIoT). Parmi les premiers membres de cette initiative, on trouve Analog Devices, Arm, Bombardier, B&R Automation, Harting IT, IBM, Intel, Kuka, National Instruments, Renesas, Schneider Electric, Software AG, Spirent et TTTech.

L’edge computing, rappelons-le, est une architecture informatique pour infrastructures IoT où la puissance de calcul et les capacités de stockage sont réparties dans des nœuds situés en bordure de réseau. Dès lors, le travail d’analyse des données peut être distribué au plus près des objets et les informations susceptibles de transiter vers le nuage peuvent être d’abord prétraitées, enrichies et contextualisées afin d’être plus facilement manipulables. Avec, à la clé, une réduction des temps de latence, une amélioration de la protection des données confidentielles et une réduction des coûts opérationnels générés par les transmissions sur les liaisons d’accès.

Selon certains analystes, la quantité de données traitées en périphérie de réseau va continuer d'augmenter rapidement et 75% des données générées par les entreprises seront traitées en dehors des centres de données ou du cloud d'ici à 2025, alors qu'elles ne le sont qu'à moins de 20 % aujourd'hui.

Dans ce cadre l'ECCE entend aider les petites, moyennes et grandes entreprises à adopter des technologies liées à l’edge computing, en s'intéressant tout particulièrement à l’utilisation des technologies de l'information et de la communication (TIC) par les technologies opérationnelles. L’organisme compte en outre encourager le recours et la contribution aux solutions, normes et initiatives existantes pour s'assurer que les besoins et exigences industriels soient pris en compte de manière optimale dans les produits des sociétés membres.

Parmi les objectifs du consortium ECCE figurent notamment la spécification d'un modèle d'architecture de référence pour l'edge computing (ECCE RAMEC), l'élaboration de piles technologiques de référence (ECCE Edge Nodes), l'identification des lacunes actuelles dans les normes et la recommandation de meilleures pratiques (ECCE Pathfinders), ainsi que la synchronisation avec des initiatives connexes d’organisations de normalisation.

« Notre plate-forme EcoStruxure propose des ressources d'edge computing pour offrir des capacités supplémentaires, y compris la capacité de prédire les problèmes avant qu'une panne ne survienne, indique Fabrice Jadot, directeur des technologies de Schneider Electric. Traditionnellement, l'apprentissage automatique se fait exclusivement sur le cloud, mais cela n'est pas assez efficace pour de nombreux scénarios IoT, dès lors qu'un certain nombre d'avantages voire même de contraintes nécessitent que l'application soit exécutée aussi près que possible des événements sur le terrain. Bien que la plupart des contrôleurs industriels sur le marché soient réactifs, leur évolution est appelée à devenir proactive et capable d'inclure l'analytique prédictive à la périphérie. »

Sur le même sujet