L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Imagination et le constructeur automobile chinois BAIC créent une société commune de semi-conducteurs

Imagination et le constructeur automobile chinois BAIC créent une société commune de semi-conducteurs

Publié le 11 mai 2020 à 11:25 par Pierrick Arlot        Conjoncture Imagination

Imagination

Fournisseur notamment de blocs d’IP et de logiciels sur le marché des processeurs graphiques et des accélérateurs neuronaux, la firme britannique Imagination Technologies a signé un accord avec le chinois BAIC Group afin de mettre sur pied une société commune de semi-conducteurs fabless focalisée sur le marché automobile.

BAIC Group se définit comme le principal équipementier automobile en Chine, et le quatrième constructeur automobile de l’empire du Milieu. La société commune, qui devrait accueillir d’autres investisseurs lors de prochains tours d’investissement, devrait mener ses activités de façon indépendante et se concentrer sur le développement de processeurs d’application pour les systèmes d’assistance évoluée à la conduite automobile (ADAS) et de circuits intégrés vocaux interactifs pour les tableaux de bord intelligents.

L’entreprise en cours de création pourra aussi commercialiser sous licence les cœurs de processeurs graphiques (GPU) et d’accélérateurs de réseaux de neurones (NNA) d’Imagination, ainsi que les logiciels associés. Elle devrait également collaborer avec d’autres fabricants de semi-conducteurs automobiles afin de soutenir les innovations dans le domaine du véhicule connecté intelligent pour le marché chinois.

Imagination rappelle qu’il dispose d’une expertise de longue date dans le secteur automobile et qu’un certain nombre de grands fournisseurs de semi-conducteurs présents sur ce marché utilisent ses IP. La firme d’outre-Manche estime ainsi être présente dans plus de la moitié des processeurs d’application vendus sur le marché automobile.

A noter qu’Imagination, détenu depuis fin 2017 par le fonds d’investissement chinois Canyon Bridge, est actuellement au cœur d’une enquête de la Commission des Affaires étrangères du Royaume-Uni visant à éviter la fuite d’actifs technologiques stratégiques hors des frontières britanniques.

Sur le même sujet