L'embarqué > Logiciel > Développement > Green Hills pousse le débogage d'applications Linux embarquées dans ses retranchements

Green Hills pousse le débogage d'applications Linux embarquées dans ses retranchements

Publié le 04 février 2015 à 12:37 par François Gauthier        Développement Green Hills

Green Hills Multi

Avec la nouvelle version de l'environnement de développement Multi dédié au débogage de systèmes embarqués sous Linux, Green Hills souhaite faciliter le contrôle et la visibilité des opérations d’analyse du code Linux enfoui. Selon l'éditeur, l’utilisation d’instructions Print, d’outils avec lignes de commande et de débogueurs graphiques simples pour analyser un système Linux est encore largement répandue. Or ces approches sont trop rudimentaires vis-à-vis des exigences des systèmes embarqués connectés d’aujourd’hui.

Avec la mouture 2015 de Multi, Green Hills autorise les développeurs à contrôler et à déboguer tous les aspects d’un système Linux embarqué : le noyau Linux lui-même, les threads (unités d’exécution) du noyau, les threads et processus du mode utilisateur et les routines de traitement des interruptions (ISR). Le tout à travers un seul outil avec une ou plusieurs fenêtres. L’idée est de mieux répondre aux problèmes complexes du débogage Linux, comme les échanges en cours d'exécution de données entre les processus utilisateur et le noyau, l’initialisation précoce du matériel, l’analyse du comportement des pilotes de périphériques ou l’étude et l’ajustement des performances.

Cet environnement de développement prend en charge toutes les récentes versions de Linux embarqué, Android inclus, quelle que soit la source du téléchargement. Il exploite les systèmes de connexion JTAG (dont la sonde Green Hills Probe de Green Hills) ainsi que les connexions des périphériques d’entrées/sorties pour le débogage d’applications en “mode exécution", là où le processeur ne s’arrête jamais. Les architectures multinoyaux de type SMP (Symmetric Multiprocessing), ainsi que la visualisation et la manipulation des structures de données du noyau Linux comme les zones mémoire partagées, les sémaphores et les files d’attente de messages, sont supportées. Des fonctions de contrôle d’exécution avancées sont aussi disponibles en “mode stop” et en “mode exécution” pour déboguer sans interruption les threads et les processus créés, ainsi que la capacité à déboguer des appels système en se basant sur des threads appelants spécifiques. 

Enfin, cette version de Multi, comme les précédentes, prend en charge les compilateurs en open source GNU GCC C/C++, ainsi que les compilateurs C/C++ propres à Green Hills.

21 juin 2016

 "1, 2, 3... 5G ! La course mondiale à la norme 5G passe par les tests"

> Lien

Sur le même sujet