L'embarqué > Logiciel > Plate-forme > Google et Facebook avouent avoir un faible pour l’OS temps réel open source Zephyr

Google et Facebook avouent avoir un faible pour l’OS temps réel open source Zephyr

Publié le 05 octobre 2020 à 12:36 par Pierrick Arlot        Plate-forme

Google et Facebook avouent avoir un faible pour l’OS temps réel open source Zephyr

Google et Facebook viennent de rejoindre le projet open source Zephyr au titre de membres Platinum (le niveau le plus élevé) aux côtés des sociétés de semi-conducteurs Intel, NXP et Nordic Semiconductor et du fabricant d’aides auditives Oticon. Parallèlement les deux géants américains ont indiqué que le système d’exploitation temps réel Zephyr sera l’une des technologies clés intégrées dans leurs produits et infrastructures de prochaine génération.

C’est donc un formidable coup de pouce pour le projet open source hébergé par la fondation Linux qui élabore depuis quatre ans maintenant un OS temps réel sûr et sécurisé pour l’Internet des objets. Un RTOS qui tourne sur des microcontrôleurs et qui se satisfait de ressources matérielles réduites.

« Google s’est fermement engagé dans la création de produits sécurisés pour tous nos utilisateurs et nous comptons apporter notre contribution au projet Zephyr pour développer un système d'exploitation temps réel sécurisé, affirme Puneet Kumar, directeur de l'ingénierie en charge de Chrome OS. Le projet Zephyr s’est déjà bâti une solide communauté d'experts, et nous voulons travailler avec toutes les organisations participantes pour améliorer encore le RTOS dont dépendent nos produits. » Facebook de son côté s’est depuis longtemps investi dans l’open source et a récemment rejoint la fondation Linux en tant que membre Platinum. La société est également impliquée dans diverses communautés open source dans le domaine des semi-conducteurs.

Parallèlement, la communauté Zephyr annonce la disponibilité de la version 2.4 du système d’exploitation temps réel. A la clé, l’ajout d’une infrastructure pour faciliter l’usage de suites d’outils commerciaux, la prise en charge par défaut de la pile TCP2 (plus aisément testable) et la capacité à gérer de la mémoire virtuelle.

A noter que la Fiware Foundation (et son projet de framework robotique pour l’embarqué contraint Micro-ROS) a également rejoint la communauté Zephyr en tant que membre associé. « Nous sommes ravis que les projets Zephyr et Micro-ROS entament une collaboration pour intégrer de manière transparente des équipements aux ressources limitées au sein de l'écosystème ROS 2 (Robot Operating System), détaille Jaime Martin Losa, le CEO de la société eProsima, spécialisée dans les middlewares de communication hautes performances (DDS, ZeroMQ, Apache Thrift…). Micro-ROS est un système d'exploitation robotique open source qui relie des plates-formes extrêmement contraintes en ressources aux architectures robotiques ROS 2 plus complexes. Nous allons apporter notre expertise à l'écosystème Zephyr avec lequel nous nous complétons mutuellement pour faciliter la création de systèmes robotiques distribués hétérogènes. »

Sur le même sujet