L'embarqué > Marchés > Conjoncture > GigaDevice, Crank, NewAE, DC Vision et QuantiCor remportent les trophées d'Embedded World 2020

GigaDevice, Crank, NewAE, DC Vision et QuantiCor remportent les trophées d'Embedded World 2020

Publié le 26 février 2020 à 08:14 par François Gauthier        Conjoncture

Trophées Embedded World 2020

[EMBEDDED WORLD] Les organisateurs du salon Embedded World 2020 ont décerné hier mardi 25 février leurs traditionnels trophées qui, cette année, mettent en valeur quatre solutions innovantes dans les domaines respectifs des architectures matérielles, du logiciel, de la sûreté/sécurité et de la vision embarquée, avec en sus, pour la seconde année, la mise à l’honneur d’une start-up. Le jury 2020 a mis cette année sous le feu des projecteurs un cœur de processeur RISC-V, un outil de développement d’IHM éco-énergétique pour systèmes embarqués, une bibliothèque en open source qui aide les utilisateurs à développer des solutions logicielles résistantes aux attaques par injection de fautes, une caméra stéréo avec son processeur intégré et enfin une solution d'authentification et de chiffrement post-quantique.

Catégorie Matériel. C’est la firme chinoise GigaDevice qui a été remarquée par le jury avec son cœur de processeur Bumblebee fondé sur l’architecture de jeu d'instructions open source RISC-V. Selon les membres du jury, c’est la première fois qu’un microcontrôleur 32 bits à usage généraliste, également proposé par GigaDevice, est conçu et fabriqué avec un noyau RISC-V. Une différenciation nette par rapport aux solutions de cœurs logiciels (soft-core) implantés sur FPGA, et une conception qui se rapproche des microcontrôleurs à usage général reposant sur des cœurs Arm (lire, pour plus de détails, notre article ici).

Catégorie Outils de développement. Le jury a choisi le canadien Crank Software, éditeur d’un outil de développement d'interfaces utilisateur (IHM). Avec à la clé une technologie innovante baptisée Hybrid Rendering (rendu hybride) qui autorise le rendu d'interfaces utilisateur évoluées à l'aide de plusieurs accélérateurs graphiques (GPU 3D, GPU 2D...) au sein de la même application embarquée. L’outil est pensé pour les IHM des appareils portables et objets connectés alimentés par batterie qui doivent offrir aux utilisateurs une expérience graphique riche tout en gérant des économies d'énergie importantes pour prolonger l'autonomie de l'appareil entre les charges. Avec le rendu hybride, les interfaces utilisateur créées par l'outil Storyboard utilisent, selon Crank, plus efficacement les ressources multi-GPU présentes dans les équipements embarqués (lire aussi notre article ici).

Catégorie “Safety & Security”. Le jury a choisi pour cette nouvelle catégorie le canadien NewAE Technology avec sa bibliothèque en open source ChipArmour destinée à aider les utilisateurs à développer des solutions logicielles intégrées résistantes aux attaques par injection de fautes, l'une des catégories d’attaque les plus puissantes auxquelles sont confrontés les systèmes embarqués, car elles permettent à un attaquant de contourner le démarrage sécurisé d’un système embarqué. Concrètement, ChipArmour construit des contremesures logicielles pour stopper les attaques par injection de fautes directement dans du code embarqué. Pour ce faire, la chaîne d’outils ChipWhisperer de la société combine un ensemble de cartes de capture de signaux et de cartes cibles pour simuler des attaques, un logiciel d’analyse ad hoc et une documentation associée sur les technologies de détection de fraudes.

Catégorie Vision embarquée. Le jury a souhaité mettre à l’honneur la société allemande DC Vision Systems avec son outil DC-SVP (Stereo Vision Processor), une caméra stéréo associée à une unité de contrôle électronique composée d’un processeur intégré et d’un accélérateur d'algorithme installé sur un FPGA. Un pipeline de traitement d'image stéréo sophistiqué est implanté dans la solution sous la forme d’un micrologiciel. La technologie permet de mesurer en temps réel la géométrie 3D environnante d’un champ de vision directement sur la caméra, sans recours à des périphériques externes. Un système d'exploitation Linux fonctionne sur la caméra.

Catégorie Start-up. C’est l’allemand QuantiCor Security qui a retenu l’attention du jury sur le domaine très pointu et encore largement émergent des technologies post-quantiques. Les experts de la cryptographie anticipent en effet que d’ici une dizaine d’années les ordinateurs quantiques auront la capacité potentielle de “casser” tous les schémas de chiffrement et d'authentification à clé publique utilisés à l’heure actuelle. Dans ce cadre, Quantum-IDEncrypt est une solution d'authentification et de chiffrement résistante à l'ordinateur quantique et qui protège les systèmes informatiques contre des attaques quantiques puissantes. La solution de sécurité proposée est livrée avec un système de gestion d’appareils connectés. Dans cette approche les clés publiques sont dérivées d'identifiants courts comme le numéro de série, les adresses MAC, etc. De cette façon, il n'est pas nécessaire, selon QuantiCor Security, de mettre en place une infrastructure à clé publique (PKI) classique. Ce sont les identifiants courts arbitraires qui servent ici de clés publiques. Leur renouvellement peut être renforcé par des clés horodatées qui imposent à l'utilisateur de modifier périodiquement la clé pour continuer de déchiffrer les messages cryptés. Une manière de faire adaptée aux systèmes IoT et embarqués en raison de leurs faibles capacités et de leurs longues périodes d'utilisation.

Sur le même sujet