L'embarqué > Logiciel > Plate-forme > GE calibre un cloud pour l'Internet des objets dans l'industrie

GE calibre un cloud pour l'Internet des objets dans l'industrie

Publié le 18 août 2015 à 11:59 par François Gauthier        Plate-forme GE Automation

GE Predix

Predix Cloud, c’est son nom, est la plate-forme dans le nuage, que General Electric a officiellement annoncée cet été, et qui vise à terme à héberger divers outils de connectivité, d’analyse et de suivi de données issues de capteurs du monde industriel pour les turbines, moteurs d’avions, systèmes de traction dans les transports, etc. En d’autres termes, Predix se présente comme un cloud pour l’Internet des objets dédié au monde industriel et basé sur le concept de PaaS, Platform-as-a-Service. L’ouverture complète de cette plate-forme, prévue en 2016, vise essentiellement les marchés de l’aéronautique, de la santé, de l’énergie et des transports. L’objectif étant de fournir avec Predix une plate-forme en tant que service pour les sociétés qui veulent mettre au point des applications qui utilisent en temps réel des données opérationnelles issues du terrain en vue d’optimiser la qualité et le temps des actions correctives à apporter à un processus industriel quelconque.

Concurrent direct de solutions plus généralistes comme la plate-forme Azure de Microsoft, Predix se différencie de ces dernières, selon GE, par des technologies d’accès sécurisées, adaptées aux contraintes spécifiques du monde industriel. La solution s’appuie en particulier sur la mise en place de protocoles de communication sécurisés, standard ou propriétaires, mis en oeuvre en collaboration avec les opérateurs de télécommunication et les industriels avec un accès limité aux données pour des membres qualifiés d’un écosystème donné. Avec notamment un modèle de tarification intitulé “pay as you go” qui assurera un accès selon leurs besoins aux industriels appartenant à la communauté.

Cette annonce confirme l’engagement très fort de GE en direction de l’IoT industriel qui, selon la société, devrait générer dans les quinze prochaines années deux fois plus de données à analyser que tous les autres secteurs, dont celui du grand public.

Sur le même sujet