L'embarqué > Normes & spécifications > Architecture > Fog computing : l’IEEE adopte l’architecture de référence du consortium OpenFog

Fog computing : l’IEEE adopte l’architecture de référence du consortium OpenFog

Publié le 29 juin 2018 à 11:23 par Pierrick Arlot        Architecture

Fog Computing

Elaborée par l’OpenFog Consortium, l’architecture de référence OpenFog est devenue un standard IEEE officiel sous le label IEEE 1934. Elle définit un framework technique « universel » de fog computing qui répond aux exigences liées au traitement de flux massifs de données dans les applications IoT, 5G et d’intelligence artificielle.

Créé en décembre 2015 par Arm, Cisco, Dell, Intel, Microsoft et l’université de Princeton, l’OpenFog Consortium a, depuis, été rallié par une soixantaine de sociétés et d’organismes universitaires comme ADLink, FogHorn, Foxconn, Hitachi, Mitsubishi, Nebbiolo, NEC, OSIsoft, RTI, relayr, Schneider Electric, Seagate, Toshiba, TTTech et Wago. « Nous disposons désormais d’un schéma directeur créé et soutenu par l’industrie qui va doper le développement de nouvelles applications et de nouveaux modèles économiques rendus possibles grâce au fog computing », a commenté Helder Antunes, chairman de l’OpenFog Consortium et directeur senior chez Cisco.

Le fog computing (ou informatique géodistribuée) vise, rappelons-le, à répartir les ressources de calcul, de communication, de contrôle/commande, d’intelligence et de stockage au plus près des équipements et objets connectés (dans les passerelles placées en bordure de réseaux par exemple, voire dans les objets eux-mêmes), plutôt que de les concentrer sur des serveurs au cœur des infrastructures Internet, comme c’est le cas avec la traditionnelle informatique en nuage (cloud computing). L’objectif étant de répondre aux contraintes de sécurité, de connaissance, d’agilité, de latence et d’efficacité exigées par certaines applications dans des domaines d’activité comme les transports, la santé, la production industrielle et l’énergie.

« L’architecture de référence OpenFog fournit une fondation solide et de haut niveau pour le développement de standards conçus pour le fog computing, ajoute John Zao, le président du groupe de travail « Fog Computing & networking Architecture Framework » de l'IEEE. Le comité technique OpenFog et l’IEEE ont travaillé en étroite collaboration durant tout le processus et nous ne pouvons qu’être ravis des synergies que nous avons développées. »

L’architecture de référence OpenFog, qui a été publiée en février 2017, est bâtie sur huit principes techniques de base qui représentent les attributs clés qu’un système se doit d’afficher pour mériter le qualificatif d’OpenFog : la sécurité, l’échelonnabilité, l’ouverture, l’autonomie, la fiabilité, la maintenabilité et la disponibilité (RAS, Reliability, Availability and Serviceability), l’agilité, la structure hiérarchique et la capacité de programmation (voir illustration ci-dessous). Cette architecture, désormais standard IEEE, vise à répondre aux besoins d’une solution de connectivité de bout en bout interopérable et orientée données tout au long du continuum s’étendant de l’objet au cloud. Elle s’appuie notamment sur le standard d’échange et de partage de données distribuées en réseau DDS (Data Distribution Service) de l’OMG (Object Management Group).

  

Sur le même sujet