L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Flex Logix lève 55 M$ pour populariser sa puce IA éco-efficace et ses blocs d’IP eFPGA

Flex Logix lève 55 M$ pour populariser sa puce IA éco-efficace et ses blocs d’IP eFPGA

Publié le 23 mars 2021 à 11:34 par Pierrick Arlot        Conjoncture Flex Logix

InferX X1

Créée en 2014, la société californienne Flex Logix, qui a notamment développé sous le petit nom d’InferX X1 une puce d’inférence IA présentée comme l’une des plus rapides et des plus éco-efficaces de l’industrie, vient de boucler un tour de table de 55 millions de dollars, ce qui porte à 67,4 M$ la somme levée par l’entreprise depuis sa création. Le tour de financement a été mené par Mithril Capital Management avec la participation des investisseurs existants Lux Capital, Eclipse Ventures et Tate Family Trust.

Lors de l’annonce de la puce InferX X1, Flex Logix avait affirmé qu’elle exécute l’algorithme de détection et de reconnaissance d’objets Yolov3 30% plus rapidement que le SoC Jetson Xavier de Nvidia. Son empreinte silicium serait en outre de 54 mm2 seulement (dans un procédé de fabrication 16 nm), à comparer aux 350 mm2 du Xavier, et Flex Logix compte la commercialiser en volume à un coût dix fois inférieur à celui du modèle Xavier NX. Des caractéristiques qui, selon l’Américain, permettraient la mise en œuvre d’inférences IA hautes performances de qualité supérieure dans des produits vendus à des millions d’exemplaires.

D’un point de vue pratique, le circuit InferX X1 s’appuie sur plusieurs innovations propriétaires de Flex Logix qui améliorent le rapport performances/surface de silicium. Il fait notamment appel à la technologie brevetée d’interconnexion à double densité XFLX que l’Américain utilise dans ses eFPGA (blocs de FPGA intégrables au sein de puces-systèmes et de circuits Asic) (lire pour plus de détails notre article ici). Cette technologie est associée à un TPU (Tensor Processing Unit) constitué de 64 processeurs Tensor unidimensionnels, étroitement couplés avec de la mémoire SRam par des connexions reconfigurables à très haute vitesse (quelques millionièmes de seconde) afin d’implémenter de manière efficace les diverses opérations que nécessite l’exécution des réseaux de neurones. (Ces processeurs se comportent en fait comme un réseau systolique 1D.)

« L’apport financier de Mithril, combiné au soutien continu de nos investisseurs existants, va nous permettre de renforcer nos équipes logicielles, d'ingénierie et de support client et d’accélérer la mise sur le marché de nos puces et logiciels pour les applications de périphérie de réseau, précise Geoff Tate, CEO et cofondateur de Flex Logix. Nos puces et cartes InferX X1 seront lancées en production de volume à la mi-2021 en même temps que notre compilateur InferX Inference. Celui-ci prend en charge les modèles de réseaux de neurones TensorFlow Lite et ONNX et génère le code pour une exécution sur les puces InferX X1 sans la lourdeur de programmation d'autres solutions. »

Ajay Royan, le fondateur de Mithril Capital Management, s’est quant à lui déclaré impressionné par l’architecture développée par Flex Logix, censée lui conférer un avantage concurrentiel durable sur un marché à très forte croissance. « Cet avantage technologique positionne Flex Logix pour une croissance rapide sur le marché de l’inférence des applications d’entreprise en périphérie de réseau sur des segments comme le médical, la vente au détail, l'industrie, la robotique…, assure Ajay Royan. C'est encore plus impressionnant lorsque l’on sait qu’ils ont réalisé tout cela avec si peu de capital tout en bâtissant une activité rentable autour des eFPGA. Une activité dotée elle aussi d'un potentiel de croissance important au moment où les concepteurs de puces-systèmes cherchent à intégrer des capacités de reconfiguration dans leurs circuits intégrés pour les marchés des communications et des centres de données. »

Vous pouvez aussi suivre nos actualités sur la vitrine LinkedIN de L'Embarqué consacrée à l’intelligence artificielle dans l’embarqué : Embedded-IA

Sur le même sujet