L'embarqué > Normes & spécifications > Architecture > Défense : l’Europe accorde 30,6 M€ au développement d'une architecture modulaire pour engins terrestres sans pilote

Défense : l’Europe accorde 30,6 M€ au développement d'une architecture modulaire pour engins terrestres sans pilote

Publié le 18 juin 2020 à 10:13 par Pierrick Arlot        Architecture

Milrem Robotics

La Commission européenne, au travers du Programme européen de développement industriel dans le domaine de la Défense (EDIDP), a débloqué 30,6 millions d’euros pour financer le développement d’une architecture modulaire et échelonnable pour engins terrestres sans pilote. Les travaux seront menés durant trois ans par un consortium piloté par la société estonienne Milrem Robotics et réunissant au total quatorze partenaires dont les français Safran Electronics & Defense et Nexter Systems, l'allemand Diehl Defence et le finlandais Bittium Wireless (voir pour plus de détails l’illustration en fin d'article).

Dans le cadre du projet baptisé iMUGS (integrated Modular Unmanned Groud System), l’architecture développée, qui sera in fine intégrable dans des systèmes hybrides avec ou sans pilote, vise à standardiser un écosystème européen réunissant fournisseurs de plates-formes aériennes et terrestres, de systèmes de commande, de contrôle et de communication, de capteurs, de charges utiles et d’algorithmes d’intelligence artificielle. Le projet conduira aussi à la mise au point d’un prototype bâti sur un engin terrestre sans pilote existant, le THeMIS de Milrem Robotics en l’occurrence, ainsi que sur un ensemble de charges utiles spécifiques.

L’ensemble devrait être testé dans des environnements opérationnels et des conditions climatiques pertinentes ainsi que dans le cadre d'exercices militaires des États membres participants (soit l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France et la Lettonie).

« Les systèmes robotiques et autonomes amélioreront considérablement les capacités militaires et de Défense au cours des prochaines années, indique Kuldar Väärsi, le CEO de Milrem Robotics. Le projet iMUGS illustre parfaitement la façon dont l'Europe peut développer et utiliser des technologies haut de gamme au travers d’une initiative commune afin d’éviter l’éparpillement des activités et des ressources. »

Durant le projet, dont le coût total est de 32,6 millions d'euros, dont 2 millions apportés par les pays participants, il est prévu de développer des concepts d’engagement combiné de systèmes avec ou sans pilote, tout en tenant compte des aspects éthiques applicables à la robotique, à l'intelligence artificielle et aux systèmes autonomes. Des environnements de simulation virtuelle et constructive seront également mis en œuvre au cours des travaux.

Pour rappel, le programme européen EDIDP a pour objectifs de contribuer à l'autonomie stratégique de l'Union européenne et de renforcer la coopération entre les États membres. Ses priorités vont au renseignement, aux communications sécurisées et au cyberespace mis en œuvre dans le cadre d’opérations militaires de grande envergure avec un focus sur le développement de capacités et de solutions de combat terrestre de nouvelle génération bâties sur les technologies de l'intelligence artificielle, de la réalité virtuelle et de la cybersécurité.

Sur le même sujet