L'embarqué > Logiciel > Middleware > De l'Atom au Xeon, l'hyperviseur temps réel RTS s'adapte aux architectures muticoeurs d'Intel

De l'Atom au Xeon, l'hyperviseur temps réel RTS s'adapte aux architectures muticoeurs d'Intel

Publié le 08 septembre 2015 à 11:22 par François Gauthier        Middleware

Real-Time Innovations

Avec la version 4.3 de son hyperviseur temps réel RTS Hypervisor, l'allemand Real-Time Systems, fournisseur de systèmes d'exploitation pour l'embarqué et membre de l'Intel IoT Alliance, propose une solution qui s'adapte aux architectures x86 multicoeurs d'Intel, des processeurs Atom jusqu'aux Xeon, en passant par les tout récents processeurs Core de 6e génération (nom de code Skylake).

Avec cette technologie de virtualisation, les utilisateurs ont désormais la possibilité de délocaliser en toute liberté les systèmes d’exploitation "invités" de leur choix en mémoire. Une approche qui, selon Real-Time Systems, permet le déploiement d'OS 32 bits au-delà de la limite de mémoire adressable de 4 Go, ou bien de charger et d'exécuter de manière déterministe, et sans "overhead" de virtualisation, de mutiples noyaux temps réel en parallèle, tous liés à une même adresse physique. RTS Hypervisor 4.3 supporte aussi les architectures de type Numa (Non-Uniform Memory Access) où chaque processeur au sein d'une infrastructure à processeurs multiples possède son propre espace mémoire géré via un contrôleur mémoire dédié. Ce qui autorise les développeurs à affecter à un système d'exploitation donné la mémoire associé à plusieurs nœuds physiques Numa disponibles. Avec à la clé une réduction des temps d'accès mémoire, et l'impossibilité pour plusieurs systèmes d'exploitation fonctionnant en parallèle d'accéder à un espace mémoire partagé (avec les risques de corruption qui en résultent).

Ainsi, avec la version 4.3 du RTS Hypervisor, il est possible de tirer pleinement parti de l'architecture des processeurs Xeon, dans des applications exigeantes du type équipements médicaux haut de gamme (IRM), qui réclament à la fois du traitement temps réel, de la visualisation graphique sophisitiquée et un haut niveau de sécurité pour garantir l'intégrité des données. Avec la verision 4.3, au-delà du support existant des OS QNX Neutrino, VxWorks de Wind River, Linux, Windows Embedded Compact, Microware OS-9 et RTOS-32 d'On Time, l'hyperviseur RTS ajoute le support des systèmes d’exploitation Windows 10 de Microsoft et RedHawk 7 de Concurrent Computer. Avec en plus l'ajout de fonctionnalités spécifiques de sécurité intégrant des droits d'accès pour les mémoires partagées et de nouvelles règles de gestion de l'utilisation des API de programmation dans le cas de mise en place de fonctions de contrôle de systèmes d’exploitation invités.

 

Sur le même sujet