L'embarqué > Logiciel > Algorithmes > Codage vidéo : HEVC a un concurrent open source poussé par Amazon, Google, Microsoft et Mozilla

Codage vidéo : HEVC a un concurrent open source poussé par Amazon, Google, Microsoft et Mozilla

Publié le 07 avril 2016 à 09:42 par Pierrick Arlot        Algorithmes Google

Logo AOMedia

Créée en septembre 2015 par sept poids lourds dont la présence est incontournable dans les infrastructures Internet (Amazon, Cisco, Google, Intel, Microsoft, Mozilla et Netflix), l’Alliance for Open Media s’était donné un objectif de taille : développer de nouveaux codecs vidéo et formats multimédias « ouverts », disponibles sans royalties et optimisés pour les contenus disponibles sur le Web. Et, en corollaire, couper l‘herbe sous le pied de la norme HEVC (H.265) dont l’usage est soumis au paiement de redevances et qui est en passe de profiter de l’engouement pour la vidéo au format UltraHD 4K.

Les sept compères viennent de réussir une partie de leur pari en annonçant la disponibilité du code source du codec AOMEdia Video en tant que projet open source, désormais ouvert aux contributions de la communauté des développeurs. Qui plus est, l’Alliance for Open Media s’est renforcée du britannique ARM et des sociétés de semi-conducteurs AMD et Nvidia, un soutien jugé crucial car, selon l’organisme industriel, le support de plates-formes matérielles est absolument indispensable à l’adoption massive de la nouvelle technologie. Par ailleurs, afin que l’écosystème audio/vidéo/multimédia puisse s’impliquer plus étroitement, l’organisme a créé un niveau d’adhésion « Promoteur » qui inclut une participation aux votes ponctuant les choix des développements futurs du codec AOMedia Video.

Le projet open source AOMedia Video héberge pour l’heure un code de référence sur lequel les membres de l’alliance et les contributeurs vont s’appuyer pour bâtir un codec dont l’efficacité de compression « surpassera celle des codecs modernes ». Selon les membres de l’alliance nouvellement créée, le codec AOMedia Video est optimisé pour la diffusion sur Internet, échelonnable (donc utilisable par n‘importe quel terminal pour n’importe quel débit de connexion), peu gourmand en ressources de calcul et suffisamment flexible pour être utilisé dans des applications professionnelles, commerciales ou grand public.

Sur le même sujet