L'embarqué > Logiciel > Développement > Ceva cherche à accélérer le développement d’objets "intelligents et connectés" à base de DSP

Ceva cherche à accélérer le développement d’objets "intelligents et connectés" à base de DSP

Publié le 23 octobre 2015 à 11:59 par Pierrick Arlot        Développement Ceva

Carte de développement DSP Ceva
Spécialiste des cœurs et des blocs d’IP pour DSP avec un focus sur les technologies de vision, de communication, de connectivité et audio, la société Ceva, comme beaucoup d’autres, ne veut pas passer à côté du marché de l’Internet des objets. Elle lance à cet effet une plate-forme de développement architecturée autour de son cœur de DSP TeakLite-4 et censée apporter toutes les briques de base matérielles de traitement, de connectivité et de détection ainsi que le framework applicatif nécessaires au prototypage rapide d’objets connectés dans des domaines comme les terminaux mobiles, les dispositifs électroniques portés sur soi ou la maison connectée.
 
Dans le détail, la Smart and Connected Development Platform de Ceva (voir photo ci-dessous) s’appuie sur un circuit intégré de développement gravé en technologie 55 nm par le fondeur Smic. Ce circuit implémente le cœur de DSP TeakLite-4 cadencé à 500 MHz et divers périphériques (TDM, DMA, I2C, I2S, ICU, temporisateurs, GPIO, etc.). S’y ajoutent un processeur hôte exécutant le système d’exploitation Linux, en l’occurrence un SoC programmable de Xilinx bâti autour de deux cœurs ARM Cortex-A9 et destiné au prototypage système CPU+DSP, ainsi que diverses technologies de connectivité sans fil fournies par Ceva et ses partenaires (Bluetooth Smart et Smart Ready, Wi-Fi, ZigBee et GNSS). On rappellera à cet égard que Ceva avait racheté en 2014 le français RivieraWaves, un spécialiste des IP Bluetooth et Wi-Fi.
 
Côté périphériques et interfaces, la carte de développement héberge en standard des microphones Mems, un codec audio avec des entrées/sorties numériques et analogiques, de la mémoire DDR, un emplacement pour carte SD, un afficheur LCD et des ports I2C, USB, UART, PCIe et Ethernet. Des connecteurs Arduino permettent aussi d’y ajouter un vaste éventail de modules d’extension (shields) disponibles dans l’écosystème open source Arduino.
 
En termes de logiciels, la carte est fournie avec un OS temps réel multitâche, des bibliothèques DSP et le framework AMF (Android Multimedia Framework) de Ceva, utilisable pour décharger l’unité centrale de certaines tâches qui peuvent s’exécuter sur le DSP pour abaisser la consommation (fonctionnalités actives en permanence, lecture audio de longue durée, etc.). Enfin l’ensemble peut être complété de logiciels ou d’applications audio, vocales ou de détection, optimisées pour le DSP TeakLite-4. On citera notamment le logiciel de reconnaissance et d’activation vocale « always-on » de Sensory, le logiciel de réduction de bruit pour microphone de NXP Software, les algorithmes de fusion de capteurs de Cywee Motion, le logiciel d’extraction et d’isolation de la voix à base de réseaux de neurones de Cypher, etc. 
 

Sur le même sujet