L'embarqué > Matériel & systèmes > Composant > Avionique : Analog veut simplifier la conception des antennes radar à balayage électronique

Avionique : Analog veut simplifier la conception des antennes radar à balayage électronique

Publié le 22 mai 2018 à 08:53 par François Gauthier        Composant  Analog Devices

Analog ADAR1000

Réduire la taille, le poids et la consommation des systèmes radar à commande de phase utilisés dans les applications de Défense, de surveillance, de contrôle du trafic aérien, de communication voire de surveillance météorologique. Tel est l’objectif assigné par Analog Devices au circuit de création de faisceau pour antennes à balayage électronique ADAR1000 que la société lance sur le marché. Conçu en technologie d'arséniure de gallium (GaAs), ce macrocomposant - accompagné de sa carte de développement - cible dans un premier temps les concepteurs du domaine de l’avionique qui travaillent sur des réseaux d'antennes actives plates qui allègent le poids d’un avion.

Au-delà, l’idée générale est de remplacer les plates-formes d'antennes volumineuses à guidage mécanique par une solution compacte à base de semi-conducteurs pour la formation de faisceau d'antenne active intégrée mis en œuvre sur les radars et les systèmes de communication à balayage électronique.

L'ADAR1000 procure quatre voies d'émission-réception et, selon Analog Devices, remplace une douzaine de composants discrets normalement requis pour réaliser les fonctions de contrôle numérique et de réglage du gain et de la phase de ce type d’antenne. Ces voies sont programmables indépendamment, tant en émission qu’en réception, pour la valeur du gain (dynamique de 31 dB avec une résolution de 0,5 dB) et pour la phase (contrôle sur 360° pour une résolution inférieure de 2,8°).

Le circuit travaille dans la bande de fréquence 8-16 GHz et prend en charge la technologie TDD (Time Division Duplex) dans les bandes X et Ku. Un commutateur intégré assure le fonctionnement de l’ensemble en mode semi-duplex. Le circuit procure aussi aux développeurs une interface SPI, un convertisseur A/N sur 8 bits et un capteur de température. Sa mémoire interne est capable de stocker jusqu’à 121 positions du faisceau radar.

La carte d’évaluation qui intègre le circuit (présenté en boîtier LGA de 7 x 7 mm à 88 broches) sera disponible en juin. Fabriquée en technologie FR4, elle offre au développeur une interface RF commune, quatre voies de sortie (émission), quatre voies de réception et quatre entrées de détection. Elle fonctionne en mode 3,3 V (jusqu’à 500 mA) et/ou en mode 5 V (jusqu’à 50 mA).

D’un point de vue logiciel, la plate-forme est pilotable à partir d’un PC sous Windows via un port USB et l’adaptateur SDP-S (Standard Develop Platform Serial) d’Analog.

Sur le même sujet