L'embarqué > Logiciel > Plate-forme > Avec PikeOS 4.2, Sysgo renforce le support des applications à certifier sur architectures multicœurs

Avec PikeOS 4.2, Sysgo renforce le support des applications à certifier sur architectures multicœurs

Publié le 04 avril 2017 à 10:33 par François Gauthier        Plate-forme Sysgo

Sysgo Pike OS 4.2

Alors que l’utilisation des architectures multicœurs se fait de plus en plus pressante dans les secteurs de l’aéronautique et de l’automobile, les problématiques liées à la certification de tels systèmes demeurent complexes et en partie non résolues. Avec la version 4.2 de son OS temps réel et hyperviseur PikeOS, l’éditeur Sysgo a optimisé sa technologie pour la rendre plus facilement certifiable vis-à-vis des autorités compétentes, notamment dans l’avionique (DO-178B/C et Airbus SAR), dans l’automobile (ISO 26262), dans le ferroviaire (EN 50128) et, de manière plus générique, avec les exigences stipulées par les Critères communs (CC).

Dans PikeOS 4.2, Sysgo a notamment augmenté la granularité de son noyau afin que tous les cœurs d’un processeur puissent exécuter leurs tâches indépendamment les uns des autres, même s'il s’agit de procédures d’appel système (system call). Le blocage des instances du noyau assure, selon Sysgo, une meilleure productivité des cycles des cœurs de processeur. Les procédures de blocage des noyaux interviennent uniquement lorsqu’ils tentent exactement au même moment d’accéder à une ressource commune, empêchant alors toute interférence entre eux, un prérequis incontournable pour être en phase avec les exigences du standard Arinc 653 qui porte sur l’utilisation des architectures multicœurs dans l’avionique.

Avec la nouvelle version de PikeOS, Sysgo affirme avoir aussi optimisé la consommation des systèmes embarqués utilisant sa technologie, en autorisant les développeurs à gérer différents réseaux d’horloge à diverses fréquences sur une même carte, réseaux d’horloge aussi bien internes qu'externes au circuit intégré de type SoC utilisé. Par ce biais, les applications et les blocs d’IP dans le SoC peuvent s'arrêter et redémarrer à tout moment, réduisant les ressources nécessaires à leur fonctionnement et donc la consommation globale de la carte. Et, comme sur les versions précédentes, PikeOS 4.2 offre une technologie d’hyperviseur certifiable moderne avec des mécanismes de partionnement temporel et de ressources qui permettent de gérer finement les interférences entre applications dans le cadre d’un projet à certifier.

Au-delà, pour faciliter le lourd travail de certification sur ces architectures multicœurs, Sysgo accompagne son système PikeOS d’un ensemble de cas d’usage et de documents explicatifs sur les processus à mettre en place.

« Nous avons une longue expérience en Europe en matière de support des utilisateurs vis-à-vis des processus de certification, explique Franz Walkembach, VP marketing et stratégie produit chez Sysgo. Avec PikeOS 4.2, nous offrons aux développeurs une plate-forme logicielle qui a été conçue en tenant compte des contraintes liées à la certification. »

PikeOS 4.2 est compatible au niveau matériel avec les cœurs de processeur ARMv7 et v8, les Power 32 et 64 bits et les cœurs x86 64 bits. Quant aux BSP (Board Support Packages) disponibles, ils ciblent de nombreux circuits : NXP/Freescale, Renesas, Intel, Xilinx et Altera.

Sur le même sujet