L'embarqué > Matériel & systèmes > Start-up > Avec Kiwink, tout équipement doté d'une LED peut communiquer en bidirectionnel

Avec Kiwink, tout équipement doté d'une LED peut communiquer en bidirectionnel

Publié le 14 mai 2018 à 11:21 par Pierrick Arlot        Start-up

Logo Kiwink

Le bureau d’études lyonnais Rtone a créé en 2017 une activité spécifique autour de la technologie Kiwink, une implémentation bidirectionnelle et bas débit du procédé de communication VLC (Vsible Light Communications), dont la vocation est de permettre à n’importe quel objet équipé d’une LED de communiquer avec un smartphone de manière bidirectionnelle, et ce via la caméra et le flash du terminal mobile. 

Quand on évoque les technologies de communication sans fil utilisant la lumière visible, on pense inévitablement au Li-Fi (Light Fidelity). Or, si le Li-Fi est clairement orienté vers la transmission bidirectionnelle de données à haut, voire très haut débit, il existe un procédé plus générique quoique plus méconnu, le VLC (Visible Light Communications), qui peut véhiculer des informations à haut ou bas débit et ce de manière mono ou bidirectionnelle. C’est justement derrière cette technologie que s’est positionné en 2017 le bureau d’études lyonnais Rtone avec Kiwink, une implémentation bidirectionnelle et bas débit du VLC dont la vocation est de permettre à n’importe quel objet équipé d’une LED de communiquer avec un smartphone, et ce via la caméra et le flash du terminal mobile.
 
Didier Midroit, Business Developer et responsable de l’activité Kiwink chez Rtone
 
« Grâce à la bidirectionnalité, la LED d’un objet peut non seulement capter un signal codé émis par le flash d’un smartphone – la serrure connectée est l’exemple qui vient tout de suite à l’esprit – mais également émettre des informations qui peuvent servir à un téléphone mobile pour prendre des décisions, indique Didier Midroit, Business Developer et responsable de l’activité Kiwink chez Rtone. Les cas d’usage sont multiples, de la maintenance au contrôle d’accès, en passant par la collecte de données sur l’utilisation de telle ou telle machine. »

De multiples cas d'usage
 
Un équipement électroménager, tombé en panne, sera ainsi en capacité de donner via une LED des informations sur l’origine de la défectuosité (le numéro correspondant à la panne par exemple). Des informations qui pourront être automatiquement routées vers un SAV par le téléphone du consommateur, évitant ainsi le déplacement d’un technicien. Dans le domaine du contrôle d’accès, les entreprises pourraient envisager de substituer les smartphones de leurs salariés aux traditionnels badges. Enfin, avec la technologie Kiwink, il serait parfaitement envisageable de remplacer une campagne de télémarketing sur l’usage d’un appareil électrique ou électroménager (le cas typique en est une machine à café) par la remontée d’informations directement émises par les appareils eux-mêmes – via les LED dont ils sont traditionnellement équipés.
 
« L’innovation que nous apportons avec Kiwink est liée à la bidirectionnalité de l’échange qui nous a demandé de douze à dix-huit mois de travaux de développement et sur laquelle nous avons déposé un brevet, précise Didier Midroit. Notre procédé peut sans problème s’appliquer à tout appareil déjà équipé d’une LED et, moyennant l’ajout d’un logiciel ad hoc tournant sur un microcontrôleur, il suffit de moins de trois mois pour rendre un produit communicant. »

Des marchés de gros volume
 
Dans le détail, Rtone commercialise la technologie Kiwink sous forme de licence et propose un kit électronique de communication pour le développement d’une preuve de concept (PoC). Dans tous les cas de figure, le bureau d’études est en mesure de proposer des services d’intégration. Côté débit, le procédé, qui repose sur un protocole propriétaire, permet de transmettre quelques dizaines d’octets de données utiles par seconde. Sachant que Rtone travaille aujourd’hui sur la technologie LED RGB afin de tripler à terme la vitesse de transmission. « Avec Kiwink, nous visons clairement des marchés de gros volumes dans le domaine de l’électroménager, de l’outillage électrique portatif ou des équipements industriels du type serrures, volets ou appareils de la maison connectée, ajoute Didier Midroit. Et sur ces marchés nous mettons clairement en avant la consommation électrique et le coût de l’ordre de 70% inférieurs à ceux des technologies Bluetooth et Wi-Fi. »
 
Quoi qu’il en soit, la technologie Kiwink, qui vient de recevoir le trophée Connect+ de la start-up innovante dans la catégorie Objets connectés industriels, devrait être intégrée dès la fin de cette année dans des produits déjà existants (avec une mise à jour ad hoc), notamment dans le domaine du chauffage. Courant 2019, le procédé VLC conçu par Rtone sera aussi implémenté dans le cadre d’une première grande application de maintenance appliquée au secteur de la… bicyclette, assure Didier Midroit. Si les volumes sont au rendez-vous, l’activité Kiwink, qui concentre trois équivalents temps-plein chez Rtone aujourd’hui, pourrait alors impliquer dès l’année prochaine une équipe de neuf personnes. A suivre donc.
 
 

Sur le même sujet