L'embarqué > Matériel & systèmes > Connectivité > Automobile : le projet européen de R&D 5GCAR démontre des communications 5G C-V2X

Automobile : le projet européen de R&D 5GCAR démontre des communications 5G C-V2X

Publié le 02 juillet 2019 à 09:26 par Pierrick Arlot        Connectivité

5GCAR

Lancé en 2017 sous l’égide d’Ericsson, le projet de R&D 5GCAR, qui avait été retenu dans le cadre de la phase 2 de l’initiative européenne 5GPPP (5G Public-Private Partnership), a pu clore ses travaux avec succès en effectuant des démonstrations de plusieurs applications V2X connectées via des technologies de communication 5G C-V2X (Cellular Vehicle-to-Everything). Applications qui devraient façonner l’évolution des systèmes d’assistance à la conduite ADAS et de la conduite automatisée.

Les futurs réseaux mobiles 5G et les technologies émergentes telles que les infrastructures cellulaires C-V2X (lire aussi notre article Les communications V2X entre les véhicules et leur environnement vont passer par le LTE et la 5G) pourront en effet véhiculer des masses de données plus importantes que les réseaux actuels, connecter un plus grand nombre d’objets et d’équipements, assurer une latence beaucoup plus faible et offrir des niveaux plus élevés de fiabilité. Des conditions indispensables aux applications de mobilité et de sécurité routières envisagées telles que la conduite autonome connectée, l’accès ubiquitaire aux services pour les conducteurs et les passagers, ou l’intégration des véhicules au sein des villes et des systèmes de transport intelligents.

Dans ce cadre, le projet 5GCAR, dont la durée avait été fixée à 26 mois pour un budget global de huit millions d’euros, avait pour objectif de développer et de tester une architecture système 5G globale apte à fournir une connectivité V2X de bout en bout aux véhicules et à garantir des services V2X fiables et à faible latence. Effectuées sur le circuit de test de l’Utac Ceram à Linas (91), les démonstrations ont présenté trois cas d’usage représentatifs de la conduite connectée et automatisée.

La première s’est focalisée sur l’insertion d’un véhicule dans une voie de circulation autoroutière de manière sûre et efficace par des manœuvres coopératives. Une opération rendue possible par le partage des informations d'état des véhicules telles que la position, la vitesse et le cap, avec une logique centrale qui détermine une manœuvre collaborative et recommande les actions correspondantes à ces véhicules. La procédure est assistée par des caméras placées sur le bord de la route qui fournissent des informations sur les véhicules non connectés et intègrent ces informations dans l'algorithme de planification des manœuvres.

La deuxième démonstration était centrée sur l'extension de la portée de détection d’un véhicule au-delà de la vue optique en combinant des données de capteurs locales et partagées. Dans la variante « see-through », un véhicule reçoit le soutien d’un véhicule de tête lors d'une manœuvre de dépassement. Grâce à la localisation à assistance vidéo, la scène avant, représentant la zone « cachée », est capturée et transmise au véhicule suivant. Dans la variante « partage de capteurs longue portée », les capteurs embarqués sont utilisés pour fournir des informations sur les véhicules non connectés et créer un algorithme de prévention et d'alerte de collision.

Enfin la troisième démonstration a mis l'accent sur le positionnement à assistance réseau et la prévision des collisions pour éviter les accidents avec des piétons ou des cyclistes qui sont difficiles à esquiver en utilisant uniquement des capteurs embarqués à bord des véhicules. Pour ce faire, des mesures de différence de temps d'arrivée sont effectuées pour localiser et suivre les usagers de la route. Des modèles de déplacement sont ensuite utilisés pour estimer la probabilité d'une collision.

Afin de réaliser ces démonstrations, le projet 5GCAR a créé un système de communication représentant une architecture 5G globale pour les cas d'usage automobiles. Au cœur de ce système on trouve la communication 5G NR de véhicule à véhicule dite Sidelink, le positionnement 5G NR et la communication cellulaire utilisant des modèles de déploiement 5G tels que le network slicing (une fonctionnalité de la 5G qui permet d’affecter une tranche de réseau à un usage spécifique) et l'edge computing (qui consiste à rapatrier les fonctions de traitement et d’analyse des données au plus près de la périphérie de réseau).

Rappelons que le projet 5GCAR réunit, côté industriels, Ericsson, Bosch, Huawei, Marben, Nokia, Orange, PSA, Sequans, Viscoda et Volvo Cars, et, côté académiques, le Centre technologique de télécommunication de Catalogne, le Centre technologique de l’automobile de Galice, l’université de technologie de Chambers et le King’s College de Londres.

Sur le même sujet