L'embarqué > Logiciel > Test & Validation > Arborescence automatique et gestion du C++ pour l’outil de test unitaire d’applications critiques Tessy

Arborescence automatique et gestion du C++ pour l’outil de test unitaire d’applications critiques Tessy

Publié le 07 novembre 2019 à 12:44 par François Gauthier        Test & Validation Hitex

Razorcat Tessy 4.2

La firme allemande Razorcat, basée à Berlin (*), propose avec son outil de test unitaire et d’intégration Tessy, dans sa version 4.2, des innovations telles que la génération d'arborescence automatisée et le test de composants logiciel écrits en C++, ainsi que la mesure de la couverture des paires d'appels et une métrique de l'estimation de l'effort de test.

L'une des extensions majeures de Tessy 4.2, selon l’éditeur, est la mise en œuvre d’un générateur d'arborescence de classification (Classification Tree Editor, CTE) qui simplifie la conception des tests en générant automatiquement une arborescence de correspondance fondée sur l'interface d'un objet de test. Pour chaque variable d'entrée, une classification est générée avec différentes valeurs possibles en tant que classes, conformément à la méthode dite du “partitionnement par équivalence”. Le nouveau dictionnaire d'interface à l'échelle du projet offre également la possibilité d'attribuer les noms de spécifications appropriés aux variables qui peuvent ensuite être utilisées dans toutes les spécifications de test CTE. Lorsque l'interface est modifiée, les entrées du dictionnaire d'interface sont synchronisées et les classifications CTE associées sont automatiquement mises à jour.

Parallèlement, l’outil procure désormais une extension de la fonctionnalité de test des composants logiciels via la prise en charge du langage C++. Les objets nécessaires pour appeler les tâches de travail et les méthodes stimulées sont créés sous forme de variables synthétiques dans l'interface de test.

Autre innovation, la mesure de la couverture des paires d'appels (Call Pair Coverage, CPC) est accessible aux développeurs. Il s’agit ici de vérifier si tous les points d’appel de fonctions ou de méthodes de l’objet logiciel sous test ont été exécutés au moins une fois. Ce qui répond aux exigences de la norme ISO 26262, utilisée dans le monde automobile, pour le développement de logiciels relatifs à la sécurité, et ce en tant que procédure de couverture de code alternative pour les tests d'intégration, en lieu et place de la mesure traditionnelle de la couverture de fonction (Function Coverage).

Pour simplifier le travail des ingénieurs de test, Razorcat a aussi mis en place une technologie de quantification des temps nécessaires aux procédures de test. Cette estimation de l'effort à accomplir s’appuie sur les métriques disponibles de l'outil. Avec par exemple le nombre d'instructions et d'appels, la profondeur d'imbrication... qui peuvent être utilisés dans la formule d'estimation du temps nécessaire à la réalisation des tests. Le temps réellement passé peut ensuite être utilisé come une variable de suivi dans la vue du projet.

Enfin, signalons que Tessy 4.2 offre désormais la possibilité de consigner des tests et des révisions externes et de les relier aux exigences. Une approche qui permet de couvrir complètement les exigences qui ne peuvent pas être testées via un test unitaire ou d'intégration régulier. Le résultat du test de chaque tâche - réussi ou échoué – est alors stocké pour la documentation du processus de révision.

(*) Les logiciels de Razorcat sont distribués au niveau mondial par la firme allemande Hitex, souvent associée au logiciel Tessy. En France, c’est NeoMore qui distribue les solutions d’Hitex, donc le logiciel Tessy.

Sur le même sujet