Innovation industrielle : 450 millions d'euros débloqués en faveur des instituts de recherche IRT et ITE

Les IRT (Instituts de recherche technologique) et les ITE (Instituts pour la transition énergétique) viennent de voir leurs missions confortées par le gouvernement qui engage 450 millions en leur faveur jusqu’en 2025. ...C’est à l’occasion d’un déplacement à Rennes au sein de l’IRT b<>com le 4 juin dernier que Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, a annoncé, conjointement avec le ministère de l'Économie et des Finances, le ministère de la Transition Écologique et Solidaire et le secrétariat général pour l'Investissement, la mobilisation des dispositifs du PIA (Programme d'investissements d'avenir) à hauteur de 550 millions d'euros pour soutenir l'innovation industrielle et la recherche, dont 450 millions d'euros en faveur des IRT et des ITE.

Ces instituts, organismes de recherche public-privé, bénéficieront ainsi d'une nouvelle tranche de financements pluriannuels pour près de 320 millions d'euros jusqu'en 2023, auxquels pourront s'ajouter plus de 130 millions d'euros jusqu'en 2025 en fonction des engagements des partenaires. Selon le gouvernement, il s’agit ici de soutenir dans la durée les entreprises dans leurs efforts de recherche au moment où leur situation financière pourrait remettre en question certains projets indispensables à la compétitivité de long terme de secteurs stratégiques pour l’économie, secteurs où nombre de technologies de l’embarqué sont mises en oeuvre : énergies renouvelables, technologies numériques, nanoélectronique, aéronautique, microbiologie, matériaux, etc.

Ensemble, au sein de l’association FIT (French Institutes of Technology), les IRT et les ITE ont en outre engagé une réflexion sur la manière de répondre à trois enjeux fondamentaux qui émergent de la crise actuelle liée à l’épidémie de Covid 19. Enjeux que sont la question des risques systémiques, de la vulnérabilité et de la résilience des sociétés, la mutation des modèles économiques des filières, et la question de la souveraineté. Leur objectif est de formuler des propositions générales contribuant à créer une rupture sur la place qu'occupe la recherche technologique en France pour la mettre au service de la relance économique et industrielle.