L'embarqué > Marchés > Conjoncture > 2020 a été une année record pour les fusions-acquisitions dans le domaine des semi-conducteurs

2020 a été une année record pour les fusions-acquisitions dans le domaine des semi-conducteurs

Publié le 13 janvier 2021 à 10:42 par Pierrick Arlot        Conjoncture

IC Insights

Cinq méga-accords ont porté la valeur des fusions et acquisitions dans le secteur des semi-conducteurs à un niveau inédit de 118 milliards de dollars en 2020, dépassant le record de 107,7 milliards de dollars qui datait de 2015. Selon la société d’études IC Insights, ces cinq opérations, annoncées en juillet, septembre et octobre, ont atteint une valeur combinée de 94 milliards de dollars, soit environ 80% de l’ensemble des fusions-acquisitions de l'année tout entière.

2020 a ainsi été d’abord marquée par la décision d’Analog Devices de racheter Maxim Integrated pour 21 milliards de dollars en actions. Ce rachat, dont la finalisation est attendue d’ici à l'été 2021, devrait doper la part de marché d’Analog Devices sur les créneaux des circuits intégrés analogiques et mixtes pour l’automobile (en particulier dans les véhicules autonomes), de la gestion de l'alimentation et des conceptions de circuits Asic.

Avant l'annonce de cette opération, les accords d'acquisition dans le domaine des semi-conducteurs au cours des six premiers mois de 2020 avaient une valeur combinée de seulement 2,1 milliards de dollars. Et le montant cumulé des fusions-acquisitions au cours du deuxième trimestre 2020 n’avait pas dépassé les 352 millions de dollars alors que la première vague de la pandémie de Covid-19 frappait l'économie mondiale, note IC Insights.

Après Analog Devices, c’est Nvidia qui, en septembre 2020, a défrayé la chronique en révélant son intention de racheter le britannique Arm au géant japonais des télécommunications SoftBank. Depuis plus d’une décennie, la technologie Arm est au cœur de la quasi-totalité des processeurs utilisés dans les smartphones et gagne de nombreuses autres applications (à l’instar des technologies Nvidia) comme les centres de données, l’automobile, la robotique et l’accélération des algorithmes d’apprentissage automatique et d’intelligence artificielle. Le fait qu’Arm, ses blocs d’IP, ses jeux d’instructions et ses microarchitectures puissent passer sous la coupe de Nvidia a soulevé des inquiétudes parmi les principales sociétés qui développent des puces-systèmes SoC et licencient les technologies du Britannique comme Qualcomm, Samsung, MediaTek et Apple, rappelle IC Insights. Pour apaiser les inquiétudes, Nvidia a immédiatement promis de maintenir l’indépendance d’Arm quant à sa politique de licence de sa propriété intellectuelle à d’autres fournisseurs de circuits intégrés et fabricants de systèmes. L'acquisition, qui devrait être finalisée d'ici à mars 2022, doit toutefois obtenir l'autorisation des agences de réglementation des États-Unis, du Royaume-Uni, de l'Union européenne, de la Corée du Sud, du Japon et de la Chine.

Quatre semaines après que Nvidia annonce la plus grande acquisition de semi-conducteurs de l'histoire, d'autres accords de fusion-acquisition de grande envergure ont été dévoilés en octobre 2020. Ce fut d’abord Intel qui a annoncé la vente de son activité de mémoire flash Nand et de son usine chinoise de fabrication de tranches de silicium de 300 mm en Chine au coréen SK Hynix pour 9 milliards de dollars. Puis, fin octobre, AMD a révélé un accord de rachat du leader de la logique programmable Xilinx pour environ 35 milliards de dollars, accord qui devrait être finalisé d'ici la fin de cette année. Fin octobre également, Marvell Technology a annoncé le rachat du fournisseur californien de circuits intégrés d'interconnexion à haut débit et de signaux mixtes Inphi pour 10 milliards de dollars. L'acquisition devrait se conclure au second semestre 2021.

Comme ces dernières années, souligne IC Insights, les acquisitions qui ont marqué le marché des semi-conducteurs en 2020 ont été motivées par la volonté des grandes sociétés de circuits intégrés d’affiner leurs positions sur des domaines d’activité émergents et à forte croissance, tels que l'apprentissage automatique et l'intelligence artificielle embarquées, les voitures autonomes, les véhicules tout électriques, les centres de données pour les services de cloud computing ou les capteurs et systèmes connectés à l'Internet des objets.

Les cinq principaux accords d'acquisition en 2020 figuraient parmi les plus importants des 51 opérations de fusion-acquisition qu’a connu le secteur des semi-conducteurs au cours des 21 dernières années et qui ont été évaluées à plus d’un milliard de dollars ou plus, conclut la société d’études. Trois d’entre elles se sont même classées parmi les cinq premières, les rachats d’Arm par Nvidia, de Xilinx par AMD et de Maxim par Analog Devices se plaçant respectivement sur les première, troisième et cinquième marches. Enfin, 32 de ces 51 principaux accords de fusion-acquisition ont eu lieu au cours des six dernières années (2015-2020).

Sur le même sujet